Quel poinçon de garantie pour dater mon bijou ?

Les différents poinçons de garantie de l’or décryptés

Vous avez des bijoux anciens et vous souhaitez les dater ? Les différents poinçons de garantie sont là pour vous aider. En effet, lorsque l’on désire connaître l’époque de fabrication de ses bijoux en or ou platine avec pierres précieuses, les poinçons, petites marques gravées en creux sur le bijou font partie des éléments à prendre en compte. Lors d’une expertise gratuite de votre bague en or, l’expert en bijoux anciens peut vous informer sur la période de votre bijou grâce à la lecture des divers poinçons qu’il maîtrise avec précision.

Tous les bijoux en métaux précieux, or, platine et argent doivent être poinçonnés. Il existe en ce sens différents poinçons de garantie légaux. Depuis le XIIIe siècle, les corporations de maîtres orfèvres ont cherché à distinguer leurs fabrications. Ainsi jusqu’à la Révolution française, de nombreux poinçons permettaient d’identifier les villes de production, les communautés et l’acquittement des impôts liés à l’emploi de métal précieux. Au lendemain de l’année 1797, une nouvelle réglementation voit le jour et de nouveaux poinçons permettent alors de contrôler et de garantir les objets fabriqués dans la capitale et les pièces en provenance des départements français.

Si la « Tête de bélier » garantit les ouvrages en or 750 millièmes réalisés à Paris entre 1819 et 1838, le poinçon « Tête de cheval » est de son côté utilisé pour les bijoux en or fabriqués en province de 1838 à 1919. La « Tête de rhinocéros » est un poinçon à la longueur et se retrouve quant à lui sur les chaînes de bracelets et colliers. Au XIXe siècle, les bijoux en or d’origine étrangère sont notifiés par le poinçon « Charançon » tandis que la « Chimère » est apposée sur les bijoux importés et plus précisément les boîtiers de montres entre les années 1838 et 1893.

Tête de bélier poinçon de garantie pour les bijoux en or, Antic Boterf
Chimère poinçon de garantie pour les bijoux importés en or, Antic Boterf

Le poinçon « Tête de Bélier » garantit les bijoux en or 750 millièmes réalisés à Paris entre 1819 et 1838.
Le poinçon « Chimère » est apposé sur les bijoux importés et notamment les boîtiers de montres entre les années 1838 et 1893.

Au XXe siècle, de nouveaux poinçons font leur apparition. Ils offrent la possibilité de déterminer la teneur de métal précieux présent dans les bijoux en or. Ainsi les poinçons de l’or diffèrent selon le titrage :

  • La « Tête d’Hippocampe » atteste du plus haut titrage de l’or soit 999 millièmes. S’il est peu utilisé en bijouterie et joaillerie en raison de sa trop grande malléabilité, il est employé sur les lingots d’or.
  • La « Tête d’aigle », le poinçon le plus connu, est mis en service en 1838 et désigne les bijoux réalisés en or 750 millièmes (anciennement 18 carats). Cette marque peut aujourd’hui être apposée par les fabricants eux-mêmes lorsqu’il possède une délégation de poinçon.
  • Le « Hibou » est connu depuis 1893 pour les ouvrages en or 750 millièmes importés de pays n’ayant pas de traité de commerce avec la France et les ouvrages n’ayant aucune marque d’origine française, provenant le plus souvent de ventes publiques. Le poinçon « Hibou » associé à un trait oblique à la gauche de l’oiseau permet de spécifier que l’or représente 50% de l’ouvrage. La présence de deux barres obliques de part et d’autre de l’animal signifie que la monture du bijou est réalisée avec moins de 50% d’or.
  • La « Coquille Saint-Jacques », poinçon connu depuis 1994 est insculpté sur les bijoux en or au titre 585 millièmes (anciennement 14 carats) tandis que le « Trèfle à trois feuilles » atteste d’un bijou en or 375 millièmes (anciennement 9 carats).
Tableau des différents poinçons de garantie pour les bijoux ou ouvrages en or 22 carats,18 carats, 14 carats ou 9 carats

Connaître les différents poinçons de garantie de l’argent et du platine

Si les poinçons de garantie assurent l’authenticité de l’or, il en est de même pour le platine et l’argent.
En vigueur à partir de 1911, la « Tête de chien » désigne les ouvrages en platine au titre 950 millièmes. C’est ce poinçon, l’un des plus courants encore aujourd’hui qui est utilisé en joaillerie pour identifier les bijoux au titre de 850 millièmes. Depuis 1994, on emploie également la « Tête de chien » avec contour pour signifier les 1er (950 millièmes), 2e (900 millièmes) et 3e (850 millièmes) titres officiels du platine. Le poinçon « Manchot empereur » désigne quant à lui le plus haut titre soit 999 millièmes et se retrouve principalement sur les articles neufs.
La « Tête de mascaron » est pour sa part utilisée pour les bijoux d’occasion en platine qu’ils soient d’origine française ou incertaine.

Si la « Tête de sanglier » est employée à partir de 1838 jusqu’en 1962 sur les ouvrages en argent 800 millièmes fabriqués en France à Paris, le « Crabe » est le poinçon en usage pour ce même titre dans les départements. Depuis 1838 et encore aujourd’hui, l’argent au titre officiel de 800 ou 925 millièmes est notifié par la présence d’un poinçon « Tête de minerve ». Poinçon récent, mise en service depuis 2002, « L’amphore » est un poinçon uniquement apposé par le bureau de garantie. Il permet d’identifier les ouvrages en argent 999 millièmes. Comme pour les bijoux en or, il existe un poinçon de garantie pour signaler les objets d’occasion importés dont l’origine est incertaine. Pour l’argent, l’état français utilise donc le poinçon « Cygne » qui garantit que le bijou a été réalisé avec de l’argent au minimum 800 millièmes.

Poinçon de garantie de l'argent : tête de sanglier
Poinçon de garantie de l'argent : crabe, Antic Boterf

Le poinçon de garantie « Tête de sanglier » employé sur les ouvrages en argent 800 millièmes fabriqués à Paris entre 1838 et 1962.
Le poinçon « Crabe » est utilisé sur les ouvrages en argent 800 millièmes fabriqués en départements.

Quels sont les poinçons sur les bijoux modernes ?

Les bijoux pesant moins de 3 grammes pour l’or et 30 grammes pour l’argent sont dispensés de contrôle auprès du bureau de garantie. Ils ne présentent donc pas forcément de poinçon de garantie, mais se doivent d’être cependant au titre légal et ne sont pas exemptés du poinçon dit de maître ou de responsabilité.

Pour les bijoux fabriqués en France, le poinçon de maître, désigné également comme poinçon de fabricant est identifiable par sa forme en losange. Lu dans le sens de la hauteur jusqu’en 1830, il change ensuite d’orientation et se lit désormais dans la longueur. Il se compose des initiales du bijoutier-joaillier complété en son centre par un symbole. Il sert alors de signature. Un autre poinçon connu utilise une forme losangée.
Les poinçons d’or internationaux indiquent en chiffre dans un losange, la pureté de l’or présent dans le bijou : 375, 585 ou 750.
Les poinçons d’argent internationaux indiquent en chiffre la pureté de l’argent présent dans le bijou : 800 ou 925.

Si l’expert en bijoux maîtrise la lecture des divers poinçons de garantie existant pour l’or, le platine et l’argent, il connaît également les poinçons de maîtres des grandes maisons de joaillerie et sera alors capable d’identifier et d’estimer avec précision la valeur de vos bijoux anciens signés.

Un expert de notre agence de Nantes, Vannes ou Quimper se tient à votre disposition pour expertiser sur rendez-vous vos bijoux.

Vous avez aimé cet article ?
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Linkdin
Partager sur Pinterest
Envoyer par email
Imprimer l'article
Nantes
Vannes
Quimper
Montaigu
Vous souhaitez appeler directement une de nos 4 agences ?

Du Lundi au samedi de 9h à 19h

Antic Boterf Nantes
Antic Boterf Vannes
Antic Boterf Quimper
Antic Boterf Montaigu
Vous souhaitez être rappelé(e) par une de nos agences ?

Un expert vous contactera dans les meilleurs délais.

Vous préférez envoyer un message à une de nos agences ?

Merci de cliquer sur le formulaire de contact de l’agence souhaitée. Un de nos experts répondra rapidement à votre demande.

top